Communiqués

Communiqué - Manitoba

Le 28 février 2012

LANCEMENT DU JEUX DE LA BONNE CONDUITE PAX DANS TOUTE LA PROVINCE

– – –
Le projet donne aux élèves des outils pour réussir tout au long de leur vie, déclare le premier ministre.

Le Manitoba a lancé un projet pilote unique en son genre dans toute la province qui donne aux enseignants de 1re année la formation et les outils nécessaires pour aider des milliers de jeunes enfants à acquérir des aptitudes sociales et affectives, et l’autodiscipline, grâce au jeu de la bonne conduite PAX, a annoncé aujourd’hui le premier ministre, M. Greg Selinger.

« Les recherches ont montré que les enfants renforcent les aptitudes dont ils ont besoin tout au long de leur vie lorsqu’ils jouent au jeu de la bonne conduite PAX en classe quelques minutes par jour, tous les jours, pendant toute l'année, a déclaré M. Selinger. Ce jeu les aide à se concentrer, à faire des choix sains et à mieux apprendre. »

Créé à l’origine par un enseignant d’école élémentaire, PAX s’est avéré un outil pouvant améliorer immédiatement le milieu de la salle de classe en réduisant les interruptions et en permettant un apprentissage plus efficace et plus ciblé, a dit M. Selinger. Les recherches à long terme ont montré que les élèves qui utilisent le jeu de la bonne conduite PAX juste en 1re année obtiennent de meilleurs résultats à l'école et ont besoin de moins de services à l'enfance en difficulté.

« Ce qu’il y a de bien avec PAX, c’est qu’il maximise le potentiel de nos jeunes dès le début, a déclaré M. Kevin Chief, ministre d’Enfants et Perspectives pour la jeunesse et président du Comité ministériel pour Enfants en santé. Lorsque nous donnons à nos enfants les outils dont ils ont besoin dès le plus jeune âge – des outils qui leur enseignent l'autodiscipline et la capacité de travailler en équipe – nous avons constaté qu’ils sont plus susceptibles de rester à l’école et de terminer leurs études, qu’ils peuvent mieux éviter les dépendances à l'alcool et aux autres drogues et qu’ils risquent moins de participer à des activités criminelles. C’est exactement ce que nous désirons pour les enfants du Manitoba. »

La Division scolaire de la Rivière Seine a effectué un essai avec PAX l’année dernière et a constaté une diminution immédiate de 45 % du nombre d'interruptions dans les classes de 1re année. En se fondant sur ces résultats et les recherches à long terme, la Province, les divisions scolaires et l’Office régional de la santé du Centre du Manitoba ont procédé rapidement au lancement d’un projet pilote de deux ans, de 1,3 millions de dollars, dans les écoles de tout le Manitoba, a précisé le premier ministre.

Deux cent écoles de presque toutes les divisions scolaires du Manitoba, dont les écoles indépendantes et les écoles des Premières nations, participent au projet et à l’évaluation de la Province. La moitié des salles de classe commenceront à utiliser PAX au cours de la présente année scolaire et l’autre moitié, pendant l’année scolaire 2012-2013. Environ 5000 élèves et leurs enseignants participeront au projet, avec des résultats à court et à long termes qui seront évalués avec le temps. 

Le premier ministre a remarqué que les professionnels de la santé mentale, les éducateurs, les chercheurs et les décideurs de tout le pays ont discuté de PAX comme étant une méthode positive de promouvoir la santé mentale et la prévention des maladies mentales, lors du Sommet sur la santé mentale dont M. Selinger a été récemment l'hôte.

Établi en 2000 et régi par des dispositions législatives en 2007, le Comité ministériel pour Enfants en santé inclut les ministres des ministères suivants : Enfants et Perspectives pour la jeunesse; Affaires autochtones et du Nord; Culture, Patrimoine et Tourisme; Éducation; Services à la famille et Travail; Santé; Vie saine, Personnes âgées et Consommation; Logement et Développement communautaire; Immigration et Multiculturalisme; et Justice. La stratégie Enfants en santé Manitoba continue de viser la prévention factuelle et l’intervention précoce à partir de la période prénatale jusqu’à la fin des années scolaires, en partenariat avec les collectivités.

- 30 -