Communiqués

Bulletin destiné aux mé - Manitoba

Le 23 février 2012

PREMIÈRES PRÉVISIONS DE CRUES PRINTANIÈRES POUR LE MANITOBA



Les premières prévisions de crues pour 2012, publiées par le Centre de prévision des crues du Ministère de l’Infrastructure et des Transports du Manitoba, indiquent que pour l’instant les risques de crues printanières des rivières Rouge et Souris restent faibles et qu’ils sont modérés pour les rivières Pembina et Assiniboine ainsi que dans le sud de la région d’Entre-les-Lacs.

Des crues printanières sont probables dans certaines zones du nord du Manitoba, y compris à The Pas, où les niveaux d’humidité du sol sont supérieurs à la moyenne et où il y a eu d’abondantes chutes de neige cet hiver.

Les prévisions indiquent que des précipitations importantes au printemps pourraient entraîner des crues localisées, notamment dans certaines zones des bassins supérieurs des rivières Assiniboine et Souris ainsi que dans la région de The Pas.

Le risque de crues printanières dépend encore beaucoup des conditions météorologiques qui prévaudront à partir de maintenant jusqu’à la fonte du printemps. La quantité de précipitations supplémentaire, le moment et la rapidité du dégel ainsi que le moment des débits de pointe au Manitoba, aux États-Unis et dans les autres provinces auront une influence déterminante sur les risques d'inondations.

Il existe un risque de précipitations abondantes pouvant entraîner des crues localisées. Cependant, elles sont moins susceptibles de toucher les bras principaux des rivières Rouge et Assiniboine.

Au cours de la période de fonte initiale, en raison d’embâcles de neige et de glace dans les drains, les fossés et les petits ruisseaux, les risques d’inondations mineures et localisées sont assez faibles. Bien qu’il soit peu probable que des embâcles importants se forment, cette possibilité ne peut être écartée, en particulier dans la région d’Entre-les-Lacs.

Les efforts de rétablissement à la suite des crues de 2011 sont toujours en cours y compris en ce qui concerne les programmes d’indemnisation financière. Jusqu’à maintenant, plus de 500 M$ ont été affectés à divers programmes d’indemnisation à la suite des inondations, comme le Programme d’aide financière aux sinistrés, le Plan d’indemnisation et de construction, la Garantie contre l’humidité excessive et le programme Agri-relance.

Conditions climatiques

  • Pendant l’automne 2011, les précipitations reçues dans la majeure partie du sud du Manitoba ont été bien inférieures à la moyenne et la période de novembre à février a été la plus douce et la plus sèche jamais enregistrée dans certaines parties du sud.
  • De novembre à février, les précipitations ont été inférieures à la normale et dans plusieurs régions, on a enregistré les précipitations les plus faibles de ces 50 dernières années.
  • Dans le nord du Manitoba, les précipitations ont été proches de la normale dans la plupart des régions cet hiver.
  • Les prévisions à long terme pour le mois de mars indiquent que les températures supérieures à la normale vont se poursuivre, en particulier dans le sud du Manitoba, et que les quantités de précipitations seront proches de la normale. Dans ces conditions, il existe un risque accru que les précipitations du mois de mars soient sous forme de pluie ou de pluie mêlée de neige.
  • En avril et en mai, il existe aussi un risque que les précipitations soient supérieures à la normale.

Conditions des sols

  • Un relevé aérien de l’humidité des sols effectué au début du mois de novembre 2011 a montré que le niveau d’humidité dans les 20 premiers centimètres du sol était généralement inférieur à la moyenne dans le sud du Manitoba et dans la partie du bassin de la rivière Rouge située aux États-Unis.
  • Une étude d’Agriculture et Agroalimentaire Canada indique que les conditions générales du sol pour les Prairies varient entre des conditions de sécheresse anormale et des conditions de sécheresse exceptionnelle.
  • Le niveau d’humidité des sols en période de gel était supérieur à la moyenne dans le nord du Manitoba, y compris dans la région de The Pas et dans la zone nord d’Entre-les-Lacs. Dans certaines zones en amont des bassins versants des rivières Souris et Assiniboine, les niveaux d’humidité des sols étaient presque normaux ou supérieurs à la normale.
  • La plupart des rivières sont couvertes d’une couche de glace. Leur débit est proche de la normale ou plus élevé pour cette période de l’année et généralement inférieur à celui de février 2011.
  • Les données sur la pénétration du gel dans le sol indiquent que le sol est gelé à une profondeur d’au moins 60 cm (deux pieds) dans de nombreuses régions. L’eau de fonte ne peut pas s’infiltrer dans un sol gelé et gorgé d’eau, ce qui accroît le ruissellement printanier.

Équivalent en eau de la neige

  • Une évaluation récente a indiqué que l’équivalent en eau de la neige était inexistant ou très irrégulier et bien en dessous de la moyenne dans le sud du Manitoba, la partie du bassin de la rivière Rouge située aux États-Unis et dans les zones en aval de la rivière Assiniboine, de St-Lazare à Brandon.                                                                                                                      
  • Dans certaines zones en amont de la frontière entre la Saskatchewan et le Manitoba, l’équivalent en eau de la neige se situait de la normale à près de la normale. Dans les régions de Westman et de The Pas, il variait de près de la normale à au-dessus de la normale.
  • Dans les régions isolées du cours supérieur de la rivière Assiniboine en Saskatchewan, dans le nord du Manitoba, les régions de Westman et d’Entre-les-Lacs, il variait également de près de la normale à au-dessus de la normale.

Ruissellement printanier

  • En 2012, le ruissellement printanier devrait être inférieur à la normale dans la plupart des régions du Manitoba et varier de près de la normale à supérieur à la normale dans des zones situées au nord d’Entre-les-Lacs, dans les régions de The Pas et de Turtle Mountain ainsi qu'à la frontière entre le Manitoba et le Dakota du Nord.
  • Le ruissellement printanier réel pourrait être très différent de celui prévu si les précipitations futures et les conditions météorologiques au moment de la débâcle s’écartent considérablement de la moyenne. 

Conditions de glace des rivières et embâcles

  • L’épaisseur de la glace varie selon la taille de la rivière, mais se situe généralement entre 0,56 m et 0,71 m (entre 1,8 pi et 2,3 pi) dans les plus grandes rivières comme la rivière Rouge et la rivière Assiniboine. Le temps hivernal qui prévaut pendant les semaines précédant le dégel du printemps a un effet sur la détérioration de la glace et sera un facteur important pour déterminer la résistance de la glace au dégel.
  • Il est pratiquement impossible de prévoir la formation des embâcles et leur taille. Cependant, compte tenu de la fragilité relative de la glace dans la région de Selkirk et des opérations importantes en cours pour couper et briser la glace, le risque de formation d’embâcles et de crues pouvant en découler devrait être limité. De brèves inondations peuvent survenir aux endroits où des embâcles se forment, même en présence de débits fluviaux inférieurs à la moyenne.

Prévisions visant les cours d’eau

  • Les prévisions des crues printanières reposent sur trois scénarios météorologiques qui tiennent compte des accumulations de neige, de la vitesse de la fonte et des pluies printanières des 30 à 40 dernières années. Les qualificatifs suivants servent à décrire ces trois scénarios météorologiques futurs : favorable, moyen et défavorable.

Bras principal de la rivière Rouge

  • Le risque de crues printanières est faible en raison des conditions d’humidité des sols dans la majeure partie du bassin versant et de la couverture de neige d’une épaisseur inférieure à la moyenne dans l’ensemble du bassin versant.                                                                                                                                                        
  • Dans des conditions favorables ou moyennes, on ne prévoit aucune crue. Dans des conditions médianes, les niveaux seraient proches de ceux de 2008.
  • Dans des conditions défavorables, des crues mineures et localisées des petits affluents pourraient se produire. Les niveaux du bras principal seraient proches de ceux atteints en 2005. Il faudrait prévoir des moyens de protection suffisants pour empêcher des débordements.
  • Les niveaux d’eau près de l’avenue James à Winnipeg devraient être respectivement de 4,84 pi, 9,18 pi et 14,75 pi en cas de conditions climatiques favorables, moyennes et défavorables, et en se basant sur ces niveaux potentiels, des opérations de dérivation ne seraient pas nécessaires.

Rivière Pembina

  • Le risque de crue de la rivière Pembina est très faible en raison des conditions d’humidité des sols et de la couverture de neige inférieures à la moyenne. Le scénario météorologique qualifié de moyen ne produirait pas de crue. Le scénario météorologique défavorable entraînerait des niveaux d’eau proches de ceux enregistrés en 1992.

Bras principal de la rivière Assiniboine

  • Avec des conditions météorologiques favorables et moyennes à partir de maintenant, on ne s’attend à aucune crue de la rivière Assiniboine ce printemps.
  • Le scénario météorologique défavorable se traduirait par des crues localisées de niveau mineur à modéré des petits affluents dans la vallée de la rivière Assiniboine, entre Shellmouth et St-Lazare, semblables à celles de 2007.

Rivière Souris

  • Le risque de crue est faible en raison de précipitations hivernales et de conditions d’humidité des sols inférieures à la normale ou proches de la normale dans le Dakota du Nord, la Saskatchewan et les parties méridionales du bassin versant du sud du Manitoba. Le scénario météorologique défavorable donnerait lieu à des crues localisées mineures avec des pointes de crue inférieures à celles de 2005.

Région d’Entre-les-Lacs

  • L’humidité du sol est inférieure à la normale dans les parties méridionales de la région d’Entre-les-Lacs, mais le sous-sol est encore humide d’après le relevé effectué en novembre. Dans le cas de conditions météorologiques favorables à la moyenne à partir de maintenant, on ne prévoit aucune crue. Avec un scénario défavorable, des crues localisées de niveau mineur à modéré pourraient se produire.
  • Dans des conditions médianes, le niveau actuel du lac Manitoba devrait baisser, passant de 814,5 pi à 813,4 pi d’ici la fin de l’hiver, remonter légèrement à la fonte du printemps, puis continuer à baisser.
  • Le débit de la rivière Fairford restera élevé pendant le reste de l’hiver. Le niveau des lacs continuera de baisser, à moins que de gros orages de printemps ne se développent. Aucune crue du canal de dérivation Portage n’est attendue ce printemps.

Région de l’est

  • Les niveaux d’humidité des sols et l'équivalent en eau de la neige sont actuellement inférieurs à la moyenne.
  • Un scénario météorologique favorable ou normal ne produirait pas de crues.
  • Un scénario météorologique défavorable pourrait produire des crues mineures dans les zones basses des rivières Whitemouth et Brokenhead et des niveaux élevés peu souhaitables dans de nombreux lacs.

Région de Westman et The Pas

  • L’humidité des sols et la couverture de neige sont inférieures à la normale dans la plupart des régions en dehors des zones entourant la région de The Pas. Des crues sont peu probables dans le cas de conditions météorologiques normales à partir de maintenant.
  • Un scénario météorologique défavorable pourrait produire des crues localisées, en particulier si la fonte est rapide en terrain élevé, et les niveaux de crues seraient similaires à ceux enregistrés en 2005 pour la région de The Pas.

Nord du Manitoba

  • Dans la majeure partie du Nord du Manitoba (au nord du 54e parallèle), on prévoit un ruissellement inférieur à la moyenne ou proche de la normale.
  • Des crues mineures et localisées sont prévues.

Préparatifs en vue des inondations

  • Le gouvernement et les municipalités du Manitoba poursuivent leurs préparatifs en vue des crues printanières. Ils consistent notamment à travailler avec les équipes municipales de gestion des situations d’urgence pour examiner les plans en place, recueillir de l’information au moyen de conférences téléphoniques, organiser des réunions préparatoires, des séances sur l’aide financière aux sinistrés et d’autres activités connexes.
  • Au nord de Winnipeg, le programme de réduction des embâcles est en cours : des appareils coupe-glace et des brise-glace Amphibex sont à l’œuvre le long de la rivière Rouge. Des travaux consistant à couper la glace ont été effectués sur 10 km environ. Les brise-glace Amphibex AE400 ont ouvert un chenal sur 3 km de long environ.
  • Les ouvrages provinciaux de contrôle des inondations comme le canal de dérivation de la rivière Rouge, le canal de dérivation Portage et les digues communautaires de la vallée de la rivière Rouge seront opérationnels si les risques de crues changent.

Mise à jour des prévisions

  • Ces prévisions seront mises à jour vers la fin du mois de mars lorsque de nouvelles données sur les précipitations et les conditions météorologiques seront disponibles.
  • On trouvera des prévisions détaillées (texte et tableaux) sur le site https://www.gov.mb.ca/flooding/index.fr.html.

- 30 -