Communiqués

Bulletin destiné aux mé - Manitoba

Le 27 février 2013

LA PROVINCE PUBLIE LES PRÉVISIONS DE FÉVRIER SUR LES RISQUES D'INONDATION EN 2013

– – –
Des inondations mineures à modérées sont probables le long des rivières Rouge, Souris, Pembina et Assiniboine et dans la région d'Entre-les-Lacs

Les prévisions d’inondations printanières de 2013 du Centre de prévision des régimes fluviaux du ministère de l’Infrastructure et des Transports suggèrent un risque mineur à modéré d’inondations le long des rivières Rouge, Souris, Pembina et Assiniboine ainsi que dans la région d’Entre-les-Lacs.

En raison de l’accumulation de neige supérieure à la moyenne et du taux d’humidité élevé des sols dans de nombreuses régions du Manitoba, de la Saskatchewan et du Dakota du Nord, le risque d’inondation a augmenté cette année, mais étant donné que dans l’ensemble, les taux d’humidité des sols sont bas dans la province, le risque d’inondation est pour l’instant nettement moins élevé que ce qu’il était en 2011, et modérément supérieur à ce qu’il était en 2012. Au moment de l’arrivée du gel automnal en 2012, les taux d’humidité des sols étaient nettement inférieurs à l’humidité généralisée sans précédent que nous avions connue en 2010, avant l’importante inondation de 2011. Cette année-là, les taux d’humidité des sols étaient élevés au moment du gel automnal et de fortes précipitations avaient suivi en hiver et au printemps.

Il y aura aussi probablement des inondations printanières dans certaines portions du nord du Manitoba, y compris des inondations de terres dans les régions agricoles situées dans les environs du Pas, où il y a à la fois une humidité des sols supérieure à la moyenne et des accumulations de neige importantes cette saison. Pour l’instant, il est peu probable que la rivière Saskatchewan déborde au Pas, mais la Province a construit de nouvelles digues dans la région qui sont capables de contenir la montée des eaux jusqu’à un niveau supérieur à celui atteint en 2011.

Le risque d’inondations printanières dépend encore des conditions climatiques que nous aurons d’ici la fonte des neiges au printemps. Les quantités additionnelles de pluie et d’eau qui tomberont, la date et la rapidité du dégel printanier et la date à laquelle les pointes de crue se produiront aux États-Unis, au Manitoba et dans d’autres provinces auront des répercussions notables sur le risque d’inondation.

Bien qu’il soit impossible de prédire la formation d’embâcles et leur étendue, la découpe de la glace et l’utilisation d’Amphibex pour briser la couche de glace devraient permettre de limiter les inondations causées par des embâcles sur le cours inférieur de la rivière Rouge. La flotte d’Amphibex a déjà ouvert un canal de six kilomètres au centre de la rivière et 12 km de glace ont été coupés. Les Amphibex peuvent être rapidement déployées pour briser les embâcles sur d’autres rivières, en se basant sur leur degré d’imminence, tel que cela avait été fait en 2011 lorsqu’on avait utilisé ces excavatrices sur la rivière Assiniboine. Les risques d’inondations mineures localisées causées par l’obstruction de canaux de drainage, de fossés et de petits cours d’eau par la neige au début de la période de ruissellement dépendront de la nature de la rupture des glaces au printemps et de la vitesse à laquelle se produit la fonte des neiges.

Afin de prévenir les débits potentiellement élevés auxquels on peut s’attendre en raison de l’accumulation de neige supérieure à la moyenne en Saskatchewan, on a procédé à un déversement contrôlé de l’eau au barrage de Shellmouth depuis février. Cela permettra d’accroître la capacité du réservoir d’environ 3 m (10 pi).

Les directives de fonctionnement du canal de dérivation Portage permettent d’utiliser le canal pour trois raisons : minimiser le volume d’eau détourné vers le lac Manitoba, protéger la ville de Winnipeg ou éviter la formation d’embâcles sur la rivière Assiniboine, à l’est de Portage-la-Prairie. Le canal de dérivation a été utilisé pour prévenir la formation d’embâcles chaque année depuis sa construction et compte-tenu du scénario de crues moyennes à modérées auquel on s’attend cette année, il sera probablement encore utilisé.

Le canal Fairford a fonctionné à pleine capacité depuis l’automne 2000, amenant le lac Manitoba à son niveau actuel de 247,44 m (811,8 pi) qui se situe parfaitement dans la fourchette de niveaux visée de 247,04 à 247,65 m (810,5 à 812,5 pi) et presque au niveau historique moyen de 247,53 m (812,12 pi).

Le gouvernement du Manitoba et les municipalités s’affairent en vue d’une potentielle inondation printanière. Au cours des derniers mois, plus d’une douzaine de séances de formation ont été organisées avec le personnel de gestion des urgences des municipalités. Le gouvernement du Manitoba et ses partenaires municipaux sont en train de revoir les plans d’intervention d’urgence. La préparation aux inondations se poursuivra jusqu’au printemps avec des réunions régionales et des conférences téléphoniques plus ciblées. La Province discute également avec Affaires autochtones et Développement du Nord Canada afin de faire en sorte que les premières nations soient également prêtes à faire face à d’éventuelles inondations.

L’inondation de 2011 a été la plus vaste, en termes d’étendue géographique, et la plus longue de l’histoire du Manitoba. La Province y a répondu en mettant en place des programmes d’aide spéciaux, comme le Programme d’aide financière pour les sinistrés des inondations du lac Manitoba qui comprenait pour la première fois une aide pour les propriétaires de chalets, et plusieurs autres programmes d’aide à l’agriculture entièrement financés par la province. Alors que les efforts pluriannuels de rétablissement après les inondations se poursuivent, 95 % des paiements en vertu du programme de compensation des sinistrés du lac Manitoba ont été effectués pour l’instant et plus de 80 % des demandes de remboursement en vertu de programmes privés d’aide financière aux sinistrés ont aussi été réglées. À l’heure actuelle, le coût total des inondations dépasse 1,2 milliard de dollars.

Les prochaines prévisions d’inondation sont prévues pour la fin du mois de mars. Vous pouvez consulter les prévisions détaillées, avec texte et illustrations à l’adresse suivante : www.gov.mb.ca/mit/floodinfo/floodoutlook/forecasts_reports.html#spring_flood_outlook (en anglais seulement).

- 30 -